Amorce Milieu
 


Le questionnaire de Gaston Berger

Gaston Berger Gaston Berger né en 1896 à Saint-Louis du Sénégal où son père métis est officier colonial. Il arrive en France pendant son adolescence, arrête sa scolarité avant la baccalauréat pour des raisons pécuniaires, intégre au bas de l'échelle une entreprise d'huiles à Marseille. À 18 ans en 1914, engagé il est décoré plusieurs fois. Lors de son retour à la vie civile, il gravit très vite tous les échelons d'une usine d'engrais jusqu'à en devenir le patron. Curieux, avide de connaissances, passionné par les lettres et la philosophie il retourne étudié à l'université d'Aix. Il fonde en 1925 la société et la revue "Études philosophiques", il exerce de front toutes ces activités professionnelles et universitaires jusqu'à la seconde guerre mondiale. Mobilisé en 1939, capitaine de réserve et résistant notoire. Gaston Berger écrit en 1950 le "Traité pratique d'analyse du caractère" puis il occupe le poste de directeur général adjoint de l’enseignement supérieur, instaurateur de l'INSA et du centre international de prospective. Il décède en 1960 dans un accident automobile.
                
   1
  Prenez-vous très à coeur de petites choses dont vous savez cependant
     qu'elles sont sans importance ? Êtes-vous parfois boulversé par des riens ? 
  Ou n'êtes-vous troublé que par des événements graves ?
  
   2
  Vous occupez-vous avec activité pendant vos heures de loisir ? (Études à côté,
     action sociale, bricolage, travaux manuels et généralement tout travail non imposé.)
  Ou restez-vous de longs moments à ne rien faire, à rêver ou simplement à vous
     distraire (lecture d'agrément, radio, etc.)?
  Ou en profitez-vous pour prendre vos aises ?
  
   3    
  Êtes-vous souvent guidé, dans votre action, par l'idée d'un avenir éloigné (épargner
     pour la vieillesse, amasser des matériaux pour un travail de longue haleine) ou par
     les conséquences lointaines que vos actes peuvent avoir ?
  Ou vous intéressez-vous surtout aux résultats immédiats ?
  
   4    
  Vous est-il facile de faire ce que vous avez à faire en continuant à suivre ce qui se
     passe autour de vous ?
  Ou êtes-vous pris tout entier par ce que vous faites, au point de devenir insensible à
     ce qui se passe autour de vous ?

   5    
  Êtes-vous combatif ? Recherchez-vous la compétition, la lutte ?
  Ou redoutez-vous les combats et les disputes ? Aimez-vous mieux céder d'avance (au moins
     en apparence) que de faire naître l'occasion d'un conflit ?

   6    
  Êtes-vous très ambitieux ? (Désir ardent d'accroître votre fortune, votre situation, vos
     connaissances, votre puissance, etc.)
  Ou êtes-vous modérément sensible à ces accroissements et estimez-vous que tout cela ne
     vaut pas la peine qu'on s'épuise à le pousuivre ?

   7    
  Êtes-vous très attentif à la qualité de vos sensations ? Êtes-vous vivement intéressé
     par les formes, les couleurs, les sons pris en eux-mêmes ?
  Ou les formes sensibles ne sont-elles pour vous que des renseignements sur la nature
     des objets (vous vous intéressez au sens des paroles entendues sans prêter attention
     au timbre des voix, à l'utilité d'un objet plus qu'à sa couleur) ?

   8    
  Vous attendrissez-vous facilement sur le sort des autres ?
  Ou restez-vous calme, même lorsque vous cherchez à les aider effectivement ?

   9    
  Vous arrive-t-il souvent de chercher à résoudre des problèmes dépourvus de toute
     application pratique ?
  Ou n'êtes-vous intéressé que par les résultats positifs et vous détournez-vous de
     ce qui ne conduit à rien ?

  10    
  Vous enthousiasmez-vous ou vous indignez-vous aisément ?
  Ou acceptez-vous tranquillement les choses comme elles sont ?

  11    
  Exécutez-vous immédiatement et sans difficulté ce que vous avez décidé ?
  Ou vous faut-il fournir un effort pénible pour passer de l'idée à l'acte, de la
     décision à l'éxécution ?

  12    
  Envisagez-vous tout ce qui peut arriver et vous y préparez-vous soigneusement ?
     (Equipement minutieux, étude des itinéraires, prévision des incidents possibles, etc.)
  Ou vous en remettez-vous à l'inspiration du moment ?

  13    
  Vous plaisez-vous à ce qui est vague, indéterminé, à ce qui vaut par les nuances ?
  Ou attachez-vous une grande importance à la précision ? Aimez-vous les idées nettes,
     les missions bien définies ?

  14    
  Avez-vous plaisir à commander, même lorsqu'il vous faut contraindre les autres à obéir et
     forcer leur obéissance ?
  Ou répugnez-vous à imposer aux autres votre volonté, préférant manoeuver ou séduire ?

  15    
  N'aimez-vous pas prêter vos affaires ?
  Ou prêtez-vous volontiers vos livres, vos outils, vos instruments ?

  16    
  Attachez-vous beaucoup d'importance à ce que vous mangez ? Mangez-vous lentement,
     en savourant ?
     Êtes-vous gourmet ?
  Ou mangez-vous sans y prêter grande attention, pour vous nourrir ?

  17    
  Considérez-vous les sentiments des autres comme plus importants que les actes
     qu'ils accomplissent ?
  Ou pensez-vous, au contraire, que ce qui compte vraiment ce sont les actes, les résultats ?

  18    
  Préférez-vous les distractions qui ont un caractère intellectuel (étude, discussions
     d'idées, jeux de réflexion comme les échecs, etc.) ?
  Ou les distractions d'un autre ordre: physiques (sports, excursions), sociales (visites,
     réunions diverses) ou sentimentales (lectures romanesques, musique) ?

  19    
  Êtes-vous susceptible ? Etes-vous facilement et profondément blessé par une critique un peu
     vive, une remarque désobligeante ou moqueuse ?
  Ou supportez-vous la critique sans en être blessé ?

  20    
  Êtes-vous stimulé par les difficultés et excité par l'idée de l'effort à fournir ?
  Ou, au contraire, vous découragez-vous facilement devant les difficultés ou devant une tâche
     qui s'avère trop fatigante ?

  21    
  Avez-vous des principes stricts auxquels vous cherchiez à vous conformer ?
  Ou préférez-vous vous adapter aux circonstances avec souplesse ?

  22    
  Accueillez-vous toutes diversions sans vous irriter, et en n'y réagissant que mollement ?
  Ou repoussez-vous vivement et instinctivement ce qui vient vous déranger dans
     l'occupation à laquelle vous vous consacrez ? Vous irritez-vous contre ces perturbations ?

  23    
  Traitez-vous avec simplicité, voire avec une certaine rudesse ceux qui vous approchent ?
  Ou êtes-vous très aimable, très prévenant, cherchez-vous à les charmer, à les séduire ?

  24    
  Avez-vous le sentiment du prix du temps ? Faites-vous dans la hâte ce que vous avez à
     faire pour pouvoir passer rapidement à autre chose ?
  Ou êtes-vous peu sensible à la valeur propre du temps et attachez-vous peu
     d'importance aux notions de vitesse et de rendement (maximum de choses faites
     dans le minimum de temps) ?

  25    
  Vous intéressez-vous à la préparation des plats, aux recettes de cuisine ?
  Ou y êtes-vous indifférent (ne voyant par exemple dans les recettes, si votre
     fonction vous oblige à vous en occuper, que des moyens de faire plaisir à d'autres
     ou de réussir rapidement et sûrement une préparation) ?
  26    
  Aimez-vous les animaux comme des êtres ayant une personnalité, en vous inquiétant
     de ce qu'ils sentent ?
  Ou, sans leur faire du mal, les considérez-vous comme du bétail, du cheptel,
     c'est-à-dire un peu comme des choses ?

  27    
  Pensez-vous que le respect du mystère est un manque d'honnêteté intellectuelle et,
     en quelque sorte, un péché contre l'esprit ?
  Ou pensez-vous qu'il y ait des mystères à respecter et que, dans certains domaines,
     la raison doive céder la place et renoncer à pousuivre sa recherche ?

  28    
  Êtes-vous facilement troublé par un événement imprévu ? Sursautez-vous quand on vous
     appelle brusquement ? Pâlissez-vous ou rougissez-vous facilement ?
  Ou êtes-vous difficile à troubler ?

  29    
  Aimez-vous agir ou du moins faire des projets précis qui préparent réellement l'avenir ?
  Ou préférez-vous rêver, soit au passé qui n'est plus, soit à l'avenir qui pourrait être,
     soit au pur imaginaire ?

  30    
  Êtes-vous constant dans vos desseins ? Achevez-vous toujours ce que vous avez commencé ?
  Ou abandonnez-vous souvent une tâche avant qu'elle ne soit terminée (commençant tout,
     ne finissant rien) ?
  31    
  Pour comprendre une démonstration, une machine, un procédé, vous suffit-il de saisir
     l'ensemble ?
  Ou avez-vous besoin d'analyser ? Est-ce que c'est en descendant aux détails que les
     problèmes qui vous intéressent deviennent intelligibles ?
  32    
  Conservez-vous dans tous les milieux vos manières habituelles ?
  Ou adoptez-vous spontanément les manières des gens au milieu desquels vous avez à vivre ?

  33    
  Êtes-vous jaloux dans vos affections, dans vos amitiés ?
  Ou êtes-vous peu accessible à la jalousie ?

  34    
  Trouvez-vous beaucoup d'intérêt aux sensations tactiles ? Le contact de la soie, de la
     fourrure, du velours est-il, pour vous, la source d'émotions vives (agréables ou
     désagréables, peu importe ici) ?
  Ou attachez-vous peu d'intérêt à ces sortes de sensations ?

  35    
  Est-ce vous qui entrez dans les vues des autres, en oubliant les vôtres, éprouvant, par
     sympathie, ce qu'ils sentent, et cherchant à les servir plus qu'à vous servir d'eux ?
  Ou, au contraire, vous intéressent-ils essentiellement par rapport à ce que vous désirez
     vous-même accomplir ? Les considérez-vous comme des instruments à utiliser ou des
     obstacles à écarter ?

  36    
  Êtes-vous plus intéressé par les idées et les théories ?
  Ou par les faits concrets ?

  37    
  Vous échauffez-vous en parlant ? Élevez-vous la voix dans la conversation ? Éprouvez-vous
     le besoin d'employer des termes violents ou des mots très expressifs ?
  Ou parlez-vous sans hâte, de façon calme, posée ?

  38    
  Faites-vous ce que vous avez à faire tout de suite et sans qu'il vous en coûte beaucoup ?
     (Écrire une lettre, régler une affaire, etc.)
  Ou êtes-vous porté à différer, à renvoyer ?

  39    
  Êtes-vous très constant dans vos sympathies (continuez-vous vos amitiés d'enfance,
     fréquentez-vous régulièrement les mêmes personnes, les mêmes groupes) ?
  Ou changez-vous souvent d'amis (cessant, par exemple, sans raisons graves, de voir
     des gens que vous fréquentiez) ?

  40    
  Arrivez-vous fréquemment en retard ?
  Ou êtes-vous ponctuel, arrivant même parfois en avance pour ne pas manquer un rendez-vous ?

  41    
  Pratiquez-vous ou aimeriez-vous pratiquer des exercices ou des sports violents ?
  Ou auriez-vous de la répugnance à les pratiquer ?

  42    
  Êtes-vous très ardent à faire valoir vos droits, à revendiquer ce qui vous  est dû ?
  Ou détestez-vous réclamer et abandonnez-vous facilement ce que vous pourriez revendiquer ?

  43    
  Aimez-vous vous regarder dans une glace pour y étudier vos expressions ? Surveillez-vous
     vos gestes, le ton de votre voix ?
  Ou cela vous intéresse-t-il médiocrement ?

  44    
  Vous liez-vous à vos associés, à vos serviteurs, à vos camarades de travail au point de
     continuer vos relations, même lorsque celles-ci vous sont nettement défavorables (ne pas
     renvoyer un domestique négligent, un employé médiocre) ?
  Ou n'hésitez-vous pas à consommer ces séparations utiles (remplacer un collaborateur,
     changer de fréquentations) ?

  45    
  Parmi les romans, préférez-vous ceux qui permettent de saisir le jeu des mécanismes
     psychologiques, ou la valeur d'une idée philosophique (morale, sociale, etc.) ?
  Ou ceux où il se passe quelque chose et où tous les événements sont racontés en détail ?

  46    
  Êtes-vous angoissé devant une tâche nouvelle ou devant un changement en perspective ?
  Ou abordez-vous la situation avec calme ?

  47    
  Prenez-vous des décisions immédiates, même dans des cas difficiles ?
  Ou êtes-vous indécis et hésitez-vous longtemps ?

  48    
  Après un accès de colère (ou, si vous ne vous mettez jamais en colère, après avoir subi
     un affront), êtes-vous difficile à réconcilier (rancune persistante) ?
  Êtes-vous immédiatement réconcilié (tout à fait comme auparavant, sans plus y songer) ?
  Ou restez-vous quelque temps de mauvaise humeur ?
 
  49    
  Êtes-vous négligent, peu soigneux (dans votre travail, dans vos vêtements, dans la
     détermination d'un fait qui vous intéresse, etc.) ?
  Ou êtes-vous méticuleux ?

  50    
  Êtes-vous indifférent aux sentiments de tous ceux avec qui vous êtes en rapport, et
     cherchez-vous l'affection seulement des personnes que vous aimez vous-même ?
  Ou éprouvez-vous le besoin d'avoir l'affection de tous, même de ceux dont vous
     n'attendez rien ?

  51    
  Êtes-vous intéressé par vos performances ? (Succès obtenus dans le sport, dans les
     affaires, à la chasse, dans le monde, etc.) En suivez-vous de près l'amélioration,
     soit par rapport à votre activité passée, soit par rapport aux autres ?
  Ou ce souci vous est-il étranger ?

  52    
  Aimez-vous le luxe pour lui-même (c'est-à-dire indépendamment des satisfactions de
     vanité qu'il peut procurer) ?
  Ou êtes-vous peu touché par le luxe ?

  53    
  Aimez-vous beaucoup les enfants ? Vous plaisez-vous en leur compagnie ? Aimez-vous
     partager leurs jeux ?
  Les enfants vous énervent-ils ?
  Ou vous sont-ils simplement indifférents ? Ou encore les aimez-vous d'une manière
     théorique et, si l'on peut dire, de loin ?

  54    
  Avez-vous de la méfiance pour le social et tendez-vous à vous en dégager pour penser en
     toute liberté, au-delà des traditions mais sans céder non plus aux sollicitations de
     l'époque et du milieu ?
  Ou la vie sociale vous paraît-elle quelque chose de très important ? Pensez-vous que
     chacun ait le devoir de s'y engager ?

  55    
  Passez-vous alternativement de l'exaltation à l'abattement, de la joie à la tristesse
     et vice versa pour un rien ou même sans raison apparente ?
  Ou êtes-vous d'humeur égale ?

  56    
  Êtes-vous mobile et remuant (gesticuler, bondir vivement de sa chaise, aller et venir
     dans la pièce en dehors de toute émotion vive) ?
  Ou êtes-vous généralement immobile quand une émotion ne vous agite pas ?

  57    
  Avez-vous des habitudes très strictes auxquelles vous teniez beaucoup ? Êtes-vous
     attaché au retour régulier de certains faits ?
  Ou avez-vous horreur de tout ce qui est habituel et prévu d'avance, la surprise étant
     pour vous un élément essentiel du plaisir ?

  58    
  Sentez-vous le temps comme quelque chose de fluide, de continu, coulant sans interruption
     et entraînant tout avec lui ?
  Ou le temps vous apparaît-il plutôt comme la succession d'instants relativement fixes,
     séparés les uns des autres et se succédant devant une conscience immobile ?

  59    
  Savez-vous vous imposer ? Prenez-vous de vous-même le commandement d'un groupe, la
     direction d'un travail, l'organisation d'une réunion sociale ?
  Ou ne consentez-vous à guider les autres (si cela vous arrive) que lorsqu'ils viennent
     vous le demander ou, du moins, lorsqu'ils acceptent spontanément votre direction ?

  60    
  Aimez-vous être le premier partout ? Avoir le pas sur les autres ?
  Ou êtes-vous tout à fait indifférent aux préséances ?
  Ou êtes-vous porté à vous effacer devant les autres ?

  61    
  Aimez-vous caresser les jeunes enfants ou les animaux ?
  Ou cela vous est-il indifférent en soi (c'est-à-dire indépendamment des sentiments
     tendres que vous pouvez éprouver à leur endroit) ?

  62    
  Préférez-vous être aimé qu'obéi ?
  Ou y a-t-il, pour vous, des choses bien plus importantes que l'amour et dont la
     réalisation exige qu'on mette l'amour au second plan ?

  63    
  Devant des problèmes complexes, les sentiments d'humilité vous paraissent-ils déplacés,
     là où il s'agit simplement de comprendre ?
  Éprouvez-vous ces sentiments ? Ou au contraire, avez-vous parfois des mouvements d'orgueil
     devant les progrès de la science ou devant vos propres découvertes ?

  64    
  Votre esprit est-il fréquemment obsédé par des doutes, des scrupules à propos d'actes
     sans importance ? Conservez-vous souvent dans l'esprit une pensée parfaitement inutile
     et qui vous importune ?
  Ou ne connaissez-vous que très rarement ce pénible état de préoccupation ?

  65    
  N'hésitez-vous jamais à entreprendre une transformation utile quand vous savez qu'elle
     exigera de vous un gros effort ?
  Ou reculez-vous devant le travail à entreprendre et préférez-vous vous contenter
     du statu quo ?

  66    
  Aimez-vous l'ordre, la symétrie, la régularité ?
  Ou bien l'ordre vous semble-t-il ennuyeux et avez-vous besoin de trouver partout de la
     fantaisie ?

  67    
  Êtes-vous peu exigeant et vous contentez-vous de ce qui en gros répond à peu près à
     ce que vous désirez ?
  Ou avez-vous le besoin de pousser jusqu'à la perfection ce que vous entreprenez ?

  68    
  Aimez-vous le risque ? Trouvez-vous un plaisir particulier à affronter un danger ?
  Ou redoutez-vous les aventures incertaines (ce qui ne veut pas dire que vous manquiez
     de courage en face d'un danger que vous n'aurez pas cherché) ?

  69    
  Êtes-vous naturellement méfiant, soupçonneux ?
  Ou spontanément confiant ?

  70    
  Avez-vous des besoins esthétiques profonds ? La valeur de l'art est-elle, à vos yeux,
     aussi grande que celle de la morale ?
  Ou l'art n'a-t-il dans votre vie qu'une place secondaire et ne le considérez-vous que
     comme un agréable moyen de se distraire ?

  71    
  Quand vous avez de l'affection pour quelqu'un, vous sentez-vous porté à l'exprimer par
     des mots tendres, des attentions délicates ?
  Ou plutôt par des actes de bienveillance positive (rendre service, renseigner, aider, etc.) ?

  72    
  Êtes-vous vite ennuyé par les choses trop simples et préférez-vous les oeuvres et les
     personnes qui donnent à l'intelligence l'occasion de s'exercer intensément ?
  Ou aimez-vous les gens simples, les poésies faciles à comprendre, les histoires sans
     complexité ?
         
  73    
  Vous arrive-t-il parfois d'être si violemment ému que ce que vous désirez faire vous
     devienne complètement impossible ? (Peur qui empêche de bouger, timidité qui supprime
     tout à fait la parole, etc.)
  Ou cela ne vous est-il jamais arrivé ?
  Ou cela ne vous est-il arrivé que très rarement ?

  74    
  Quand vous avez donné des ordres pour un travail, surveillez-vous l'exécution de près,
     en vous assurant que tout est bien fait dans les conditions et au moment voulu ?
  Ou vous désintéressez-vous de cette exécution, avec le sentiment que vous êtes
     débarrassé d'un souci ?
 
  75    
  Prévoyez-vous d'avance l'emploi à faire de votre temps et de vos forces ? Aimez-vous
     faire des plans, des horaires, des programmes ?
  Ou vous engagez-vous dans l'action sans règle précise fixée d'avance ?

  76    
  Répugnez-vous à vous fixer dans vos intentions, cherchant à compenser une idée par une
     autre, refusant de vous lier à aucune ?
  Ou êtes-vous décidé, voire tranchant, dans vos affirmations et dans vos projets ?

  77    
  Détestez-vous qu'on vous console et vous sentez-vous blessé lorsqu'on s'apitoie sur vous ?
  Ou aimez-vous qu'on vous console, qu'on vous plaigne ?

  78    
  Êtes-vous intéressé par la valeur des objets ? Conservez-vous longtemps le souvenir du
     prix des objets que vous avez achetés ?
  Ou la valeur matérielle vous intéresse-t-elle peu et le prix d'achat est-il vite oublié ?

  79    
  Êtes-vous très sensible au cadre dans lequel se déroule votre existence (tapisserie,
     ameublement, décoration...) ? Par exemple, vous serait-il insupportable de vivre dans
     une chambre que vous jugeriez laide ?
  Ou cela a-t-il moins d'importance, à vos yeux, que le caractère pratique, commode,
     hygiénique, etc., de l'installation ?

  80    
  Avez-vous besoin de voir très fréquemment vos amis ?
  Ou restez-vous parfois longtemps sans les voir (sans que cela, d'ailleurs, affaiblisse
     nécessairement votre amitié) ?

  81    
  Éprouvez-vous le besoin d'analyser les sentiments de vos amis et de chercher à
     comprendre les oeuvres d'art que vous admirez ?
  Ou vous suffit-il de vous abandonner au plaisir que vous donne leur présence ou
     leur contemplation ?

  82    
  Avez-vous fréquemment le sentiment d'être malheureux ?
  Ou êtes-vous généralement content de votre sort ? Ou encore, quand les choses ne vont
     pas comme vous voulez, pensez-vous à ce qu'il faudrait changer plus qu'à vos propres
     sentiments ?

  83    
  Aimez-vous mieux faire que regarder, le simple spectacle devenant vite ennuyeux ou vous
     excitant à passer vous-même à l'action ?
  Ou aimez-vous mieux regarder que faire ? (Prendre plaisir à regarder souvent et
     longuement un jeu qu'on ne pratique pas.)

  84    
  Quand vous avez adopté une opinion vous y attachez-vous avec opiniâtreté ?
  Ou êtes-vous aisément convaincu et vous laissez-vous séduire par la nouveauté d'une idée ?

  85    
  Vos idées sont-elles fluentes, jamais absolument identiques à ce qu'elles ont été dans
     le passé, et comme noyées dans le courant de la conscience et de la vie ?
  Ou, au contraire, êtes-vous sujet aux redites, aux gestes plusieurs fois répétés,
     aux idées fixées en manies ?

  86    
  Avez-vous un très grand besoin d'indépendance et vous est-il difficile de vous soumettre
     à une direction extérieure ?
  Ou acceptez-vous sans effort d'être guidé, dirigé, et vous adaptez-vous aisément à la
     manière de voir et de travailler d'un chef, d'un maître, d'un patron ?

  87    
  Avez-vous envie de tirer parti de toutes les occasions qui se présentent, même si vous
     ne désirez pas particulièrement ce qu'elles vous offrent et seulement pour profiter de
     l'occasion ?
  Ou laissez-vous passer avec indifférence les occasions dont l'objet ne vous intéressait
     pas auparavant ?

  88    
  Remarquez-vous naturellement les costumes de vos amis (couleur, forme, grain du tissu,
     etc.) ?
  Ou n'y faites-vous guère attention ?

  89    
  Vous est-il pénible de travailler dans un milieu indifférent ou hostile ?
  Ou cela ne vous affecte-t-il pas sensiblement ?

  90    
  En présence d'un appareil ou d'une machine que vous ne connaissez pas, êtes-vous surtout
     intéressé par les principes qui y sont appliqués ?
  Ou par les applications qu'ils peuvent avoir ?
  Ou par l'ingéniosité du mécanisme ?               
   
                                                           
                                           
Introspection
Regarde, voici, crispée atrocement, La véritable tête, et la sincère face Renversée à l'abri de la face qui ment.

La caractérologie est la connaissance des hommes.
Le réel est une source indéfinie de connaissances. Une discipline qui porte sur le réel peut être considérée comme véritablement scientifique, lorsqu'elle présente à la fois les deux caractères suivants:
1) L'existence d'un noyau de connaissances stables, communicables à autrui et susceptibles d'être vérifiées.
2) La possibilité d'enrichir indéfiniment ces connaissances de base au contact de l'expérience, soit qu'on les précise avec une rigueur croissante, soit qu'on découvre des propriétés imprévues et des relations nouvelles.
La méthode est fondée sur l'introspection, elle est directement utilisable pour la connaissance de soi. Il est vain de souligner l'intérêt que chacun peut avoir à bien se connaître, sinon il est impossible de comprendre quoi que ce soit au comportement d'autrui, si l'on n'est pas d'abord très familiarisé avec l'analyse intérieure et si l'on n'a pas appris à "sentir", par expérience directe, comment les facteurs jouent les uns par rapport aux autres et comment leur interaction rend compte des structures complexes.
Ce questionnaire permet la compréhension profonde d'une personnalité individuelle. Il peut même révéler certains aspects que l'on voudrait dissimuler ou que l'on refoule inconsciemment.
Découvrez dans quelques minutes les neuf facteurs fondamentaux qui définissent votre personnalité:
- L'émotivité.
- L'activité.
- La primarité / secondarité.
- La largeur du champ de conscience.
- La polarité Vénus / Mars.
- L'avidité.
- L'intérêt sensoriel.
- La tendresse.
- La passion intellectuelle.
Et de quel tempérament faîtes-vous parti parmi ces huit types caractérologiques:
* Les passionnés.
* Les colériques.
* Les sentimentaux.
* Les nerveux.
* Les flegmatiques.
* Les sanguins.
* Les apathiques.
* Les amorphes.

 
Index Nèmes Monere Cor Coda